English version      Version française      Русская версия 

Press-releases, official information

L'EXPÉDITION «LES MONDES DU LAC BAÏKAL» (2008-2010):

LES NOUVELLES DONNÉES SUR LES HYDRATES DE GAZ NATURELS

A.V.Egorov

L'Institut océanologique Chirchov de l'Académie des sciences de Russie,

Moscou

Les hydrates de gaz naturels sont les composés cristallins, formés de molécules d'eau et de gaz. Ils sont stables à basse température et  à forte pression ce qui est typique pour les sédiments océaniques profonds, qui sont présent dans tous les océans. Un mètre cube d’hydrates de gaz naturels contient 160 mètres cubes de méthane à conditions normales.

La décomposition des grandes masses d’hydrates de gaz naturels avec la libération du méthane gazeux fait partie du groupe des phénomènes catastrophiques naturels, qui peuvent amener à la destruction de navires et de diverses constructions technologiques, ainsi elles peuvent être un facteur important d’augmentation du réchauffement climatique. Tous ces aspects font des études sur les hydrates de gaz naturels extrêmement actuels.

La plus grande partie des gisements d’hydrates de gaz naturels a été découvert sur le Baïkal, et aujourd'hui ce dernier représente un laboratoire international naturel d’études sur les hydrates de gaz naturels.

Au cours de l'expédition «Les mondes du lac Baïkal», les explorations d’hydrates de gaz naturels étaient effectuées sur les polygones "Rocher Gorevoi"," Saint-Pétersbourg "," Golooustnoe ". Au cours de ces explorations ont a reçu les données uniques suivantes:

• À la profondeur de 1400 mètres on a découvert un grand domaine du fond marin, caché sous la fine couche du résidu ; ce domaine se composait d’hydrates de gaz naturels.

• L’étude visuelle du modèle monolithique d’hydrates de gaz naturels a été effectuée pour la première fois dans le monde avec le levage plus haut que la frontière de phase de la stabilité des hydrates de gaz naturels

• On a effectué pour la première fois dans le monde, le transport d’un monolithique hydrate de gaz du fond marin à la surface en utilisant un container non hermétique.

• Il a était découvert que, dépendant de la profondeur, les bulles de méthane sont capables de se transformer en substance d’hydrate sablé ou de créer une écume d’hydrate solide, sinon de tout simplement rester sous la forme des bulles de gaz dans l'eau. Les transformations de bulles de méthane découvertes peuvent apporter une contribution importante aux recherches sur l'exploitation des constructions en eau profonde.

La diversité biologique de la zone d'eau profonde   du lac Baïkal

(Les bilans de l'expédition «Les mondes du lac Baïkal» 2008-2010)

A.V.Lomakina

Institut limnologique de l’Académie des sciences de Russie,

Irkoutsk

Les résultats scientifiques les plus intéressants ont été reçus au cours de l'expédition "les Mondes" sur le Baïkal » dans les régions du déchargement d’hydrocarbures.

La reconnaissance du fond, près du cap de Gorevoi Outes a révélé aux profondeurs de 870 à 920 mètres des constructions de bitume. En outre, on a remarqué l'abondance d’animaux, essentiellement des crustacés.

Dans les prélèvements faits au fond du lac, on a trouvé 20 espèces et des variétés   des amphipodes, qui font partie des 14 genres. Le deuxième plus grand groupe d’animaux était composé de grands vers plats– turbellariés. L'abondance d’animaux invertébrés habitant   près du pétrole est possible grâce au phénomène de l'oxydation du pétrole effectuée par les bactéries spécifiques. En outre, la chaleur des flux élevées permettent de donner des conditions confortables a la vie des animaux.

Sur les polygones « Saint-Pétersbourg », au-dessus des couches d’hydrates de gaz ont été découverts des mats gélatineux bactériens présentés par les diatomées, ainsi que des bactéries dévoreuses de méthane et des bactéries méthanogènes qui produisent du méthane.

Pour la première fois, lors de l'étude des communautés microbiennes des précipitations de fond dans cette région,   on a utilisé l'analyse méthanogène avec l'application de la plate-forme de la séquestration. Le résultat le plus intéressant a été reçu au cours de l'étude de la variété des archées. En outre, il a été prouvé, que dans la couche extérieure des résidus du fond, l'oxydant principal du méthane sont les bactéries dévoreuses de méthane.

Les bactéries ont été   découvertes aussi à proximité de la source sous-marine dans la baie de Frolikh (Baïkal du nord). Dans cette région-là ont été découverts les mats sulfuriques uniques, dont la base est une bactérie incolore sulfurique de la famille des Thioploca.

Une grande attention a été portée à l'étude des bactéries dévoreuses de méthane. Les recherches ont prouvé   que la partie de ces bactéries fait partie des méthanotrophes non cultivés, dont le rôle fonctionnel dans la communauté microbienne reste de nos jours inconnue. Les recherches sur leur métabolisme sont toujours en cours.

Les éponges d’eau profonde présentaient un grand intérêt. Les prélèvements pris aux fonds différaient   considérablement (selon les  critères morphologiques) des types d’éponges d'eau douce déjà connues. Il est probable qu’elles seront enregistrées comme de nouveaux genres. Il a été prouvé que l’atypique coloration bleue des éponges d’eau profonde était conditionnée par la présence de composés de cuivre dans ces éponges.

L’expérience extraordinaire de la recherche des fonds du lac Baïkal , effectuée dans l'espace

(Le projet commun de l'expédition « Les mondes du lac Baïkal» et de l'Agence spatiale russe «Roskosmos»)

Guyane Petrosyan

l'Agence spatiale russe,

Moscou

Sur les photos spatiales du Baïkal couvert de glace, des cercles concentriques de formes régulières ont été remarqués à plusieurs reprises. L’hypothèse la plus probable concernant leur origine, consiste à dire qu’ils proviennent   de puissantes éruptions sous-marines de méthane. Pour confirmer cette hypothèse, il a été nécessaire de trouver le moyen optimal pour mesurer ces éruptions de méthane et leur influence sur la surface de l’eau, ainsi que sur la couche d'atmosphère située au-dessus de l'eau. Ainsi a été effectuée le relevé photo spectrale avec   l’utilisation   du système FSS.

Cette expérience a été lancée comme une expérience synchrone à trois niveaux. Sous l'eau – avec utilisation de l’appareil "Mir", à la surface du lac – avec le navire spéciale "Métropole", et dans l'espace – en utilisant la Station Spatiale Internationale (MKS).

Ce type d’expérience a été organisé pour la première fois, pour assurer la synchronisation totale de ce relevé photo spectrale, il était nécessaire de joindre verticalement le point bien fixé et en même temps l’ensemble des trois niveaux: la Station Spatiale Internationale (MKS), le navire " Métropole" à la surface du lac et l’appareil «Mir» au fond marin.

L'expérience a été fixée pour le 31 juillet 2010 près du côté sud de l'île Ol'khon, à 20 km à l'est du canal Ol'khonskie Vorota. Dans cette zone, à presque 500 mètres se trouvait un volcan de boue sous-marin: "Saint-Pétersbourg" ; par conséquent, on a découvert ici de grandes accumulations d’hydrates de gaz naturels.

L'expérience s’est terminée avec succès. Finalement, des donnés importantes sur les   spectrométriques du Baïkal ont été reçues – non seulement sur le méthane, mais aussi de manière général. Actuellement ces données représentent la base pour les savants et les chercheurs dans le domaine du monitoring de l'état écologique du Baïkal.

Le lac Baïkal. La planification du paysage du terrain du lac Baïkal

Victor Plusnin

L'institut de géographie Sochava de l'Académie des sciences de Russie,

Irkoutsk

En 1999, la loi   fédérale «Sur la protection du lac Baïkal» a été approuvée. Cette loi  fixe le territoire du Baïkal sur une surface 386 000 km2, avec la zone centrale écologique (88,500 km2), la zone tampon écologique (219,500 km2) et la zone de l'influence atmosphérique (78 000 km2). Le territoire du Baïkal possède   5 parcs de réserve de biosphère, 3 parcs nationaux, 26 domaines privés, 256 monuments naturels occupant 10 % de la surface.

Les chercheurs de l'Institut de éographie Sotchava de l’Académie des sciences de   Russie ont effectué les travaux de planification des paysages du territoire de Baïkal. Le zonage écologique du Baïkal a été réalisé (il a été approuvé par le Gouvernement de la Fédération de Russie en 2006). La planification écologiquement orientée de l'exploitation du terrain d’Ol'khonsky de la région d'Irkoutsk ainsi que les travaux du développement territorial de la région Sludyansky et du delta de la rivière Selengi ; le zonage fonctionnel et le développement territorial du parc national Transbaïkalien. Dans le cadre de la coopération germano-russe, a été publié le matériel didactique   «l'Estimation de l'influence sur l'environnement et l'expertise écologique»

Les tâches prioritaires de l'activité de protection de la nature dans la zone centrale écologique du Baïkal sont :

• à la base de la planification du paysage, réaliser le zonage de la zone centrale écologique du Baïkal avec la mise en relief   des paysages et leurs composants les plus importants ;

• fixer législativement la protection des eaux du lac Baïkal et de son littoral en élaborant un règlement particulier.

• Organiser le réseau des territoires naturels spécialement protégés;

• réviser la Liste des actes économiques interdits en tenant compte de la différenciation fonctionnelle de la zone écologique du Baïkal.

Les tâches générales   de l'activité de protection de la nature de la zone du Baïkal sont :

• élaborer un système d’actes législatifs correspondant a la loi «Sur la protection du lac Baïkal» et les schémas complexes de la protection et de l'utilisation des ressources naturelles (en fixant l'ordre de leur application) en prenant en compte les niveaux administratifs différents;

• créer un système moderne commun de monitoring, avec l’accès libre aux données liées aux observations;

• élaborer un programme régional d’information et d’éducation écologique de la population.

LES SOUS-MARINS DE POCHE «MIR-1» et «MIR-2» CÉLÈBRENT SES 25 ANS

A.M.Sagalevitch

L'Institut océanologique Chirchov de l'Académie des sciences de Russie,

Moscou

En 1987, l’utilisation des appareils «Mir – 1» et «Mir - 2»   a été  mise en place pour les recherches scientifiques des fonds marins. Au cours de l'exploitation des appareils de ce type pendant les derniers 25 ans, on peut mettre en relief les directions principales scientifiques et techniques suivantes :

• Les études complexes scientifiques.

• La résolution des questions d'État de haute importance.

• Les tournage des films en eau profonde en collaboration avec les compagnies étrangers.

• Les opérations uniques en eau profonde avec élaboration et application des technologies d'innovation.

• Les recherches scientifiques dans les bassins intérieurs du continent.

Les recherches en eau profonde avec l'application de l’appareil "Mir" étaient lancées   plus, que dans les 50 domaines de l'océan Mondial. Les recherches les plus intéressants et les plus complexes étaient effectuées sur les champs hydrothermaux des océans Atlantique et Pacifique.

Avec l’utilisation des appareils "Mir" étaient réalisés les travaux de liquidation des conséquences des avaries des sous-marins atomiques "Komsomol" et"Koursk".

L’appareil "Mire" a ouvert une nouvelle page dans l'histoire dans la conduite de recherche en eau profonde, en faisant possibles les tournage des films d'art et documentaires en eau profonde, y compris si fabuleux « Titanic » de James Cameron.

Les plongées des sous-marins de poche "Mir" sous las glaces du Pôle Nord au cours de l'expédition « l'Arctique 2007 » étaient réalisées pour la première fois dans l’histoire contemporaine, en faisant les fonds sous-marins de l’océan accessibles   même si ils sont entièrement couverts d’une solide couche de glace.

Pendant les dernières quatre années les sous-marins "Mir" étaient appliquées pour les examens de l’état général des écosystèmes des bassins intérieurs des lacs Baïkal (2008-2010) et Léman (2011).

Le sous-marin de poche "Mir" a apporté son importante contribution à la science russe et mondiale, au développement des nouvelles technologies en eau profonde. Malgré leurs  âges, les sous-marins de poche "Mir" restent en très bon état et peuvent servir à la science russe encore 25-30 ans au minimum.

Les recherches géologiques du lac Baïkal en utilisant les sous-marins de poche et la création   de la carte  3D du Baïkal

Oleg Khlystov

Institut limnologique de l’Académie des sciences de Russie,

Irkoutsk

Grâce aux travaux géophysiques géologiques pendant les années 1977-2007,   on a reçu les données générales sur la structure géologique des fonds (le domaine le plus profonde) du Baïkal. Mais malgré tout cela il existait à cette époque-là une grande partie de questions irrésolues surtout dans l'aspect géologique : l’exploration des zones du déchargement du pétrole et du gaz, la recherche des domaines d’éjection des hydrates de gaz au fond du lac, l’exploration des talus   sous-marines etc.

La possibilité de continuer les recherches a été reçue en 2008-2010 au cours de l'expédition « Les mondes du lac Baïkal». L’utilisation du sous-marin "Mir" a permis d’effectuer les recherches visuelles profondes des zones des manifestations de pétrole. En outre, on a révélé une série des constructions de bitume au fond du Baïkal, y compris les volcans naissants de bitume, où s’opère le déchargement du pétrole.

Pour la première fois ont été découverts   et examinés   des zones du déchargement des hydrates de gaz dans sur les polygones "Golooustnoe" et " Saint-Pétersbourg ". Ces deux zones du déchargement restaient stables grâce au niveau de    concentration du méthane très élevé  dans la couche de fond. En outre, on a préparé les études détaillées sur les argiles caverneuses.

Par ailleurs, en 2009 on a fait le relevé du fond du lac en utilisant   l'écholocalisation multi radiale. On a fixé les  taches suivantes:

• La création de la carte bathymétrique du lac (plus récent et de la plus haute définition) ;

• l’exploration de la morphologie des escarpes des grandes fractures, des canyons, des glissements de terrain et d'autres structures du relief sous-marin du lac;

• la recherche et l'exploration des volcans de boue;

On a réussi a étudier plus profondément quelques fractures du fond et les précipitations du canyon Koukoujsky et révéler les failles transversales et les décrochements dextres, ce qu’on n’a pas réussi à faire avant, en utilisant seulement le profilage sismique.

Grâce au sous-marin de poche "Mir" et l'écholocalisation multi radiale on a exploré   les domaines du bassin moyen et du sud du lac. Cette méthode d’exploration du bassin  du nord et du bord entier du bassin de l’est du Baïkal apporteront à l’avenir beaucoup de découvertes géologiques et pourront donner la réponse à la question sur l'activité géothermale au fond du lac ancienne et actuelle.  

L'espace, l'océan et Baïkal : les bilans d’exploration et la réflexion.

A.K.Toulokhonov

L'institut de Baïkal de l'exploitation des ressources naturelles de l’Académie des sciences de Russie,

Oulan-Oudé

Aujourd'hui les engins spatiaux assurent les communications et les travaux de sauvetage, la reconnaissance militaire et la recherche des minéraux, l’élaboration   des nouvelles matières etc. Pour la résolution   de toutes ces tâches dans plusieurs pays existent des programmes d'État de l’exploration de l'espace cosmique.

Néanmoins, elle n’est pas devenue moins importante la recherche de l'autre "espace" - l'océan Mondial. L'océan reste comme la source principale des ressources d'approvisionnement pour la grande partie de l'humanité. C’est l'océan Mondial qui provoque les ouragans catastrophiques et les tsunamis. Au fond de l’océan ont été découverts les gisements des minéraux.

Les signes du réchauffement climatique obligent l'humanité à payer plus d'attention aux processus   qui se passent dans l'hydrosphère de la planète, la fonte de sa couche glaciaire. Même cette courte liste des problèmes actuels permet d'affirmer que le future proche de l'humanité dépend de ses connaissances sur l'océan, et que l'espace cosmique ne présent que le moyen pour l’exploration de notre planète. 

Aujourd’hui l'océan Mondial dans les plusieurs aspects reste pour nous comme une «terra incognita». L’une des raisons – défaut de matériel, le manque des équipements scientifiques modernes. Actuellement dans le monde il n’existe que quatre   sous-marins, capables de se plonger aux profondeurs de 6 km (deux appartiennent à la Russie). Les sous-marins de poche "Mir" montrent le niveau de nos acquisitions dans le domaine des recherches de l'océan, où, pour l’instant, nous restons les premiers dans le monde.

La Russie est tout simplement obligée de rester la première dans le domaine des recherches de l'océan, où sont concentrés les ressources essentielles de la sauvegarde de la vie pour les générations futures.

Même la liste courte des découvertes scientifiques de l'expédition« Les mondes du lac Baïkal» fait la preuve de ce fait, que les recherches approfondies sur objets déjà bien explorés permettent d’obtenir les données  principalement nouvelles sur la structure de l'écosystème, l'évolution de la nature.

D’abord on doit explorer du plateau continental de l'océan Arctique. En dehors des gisements traditionnels d’hydrocarbures, on peut trouver ici les grands gisements d’hydrates de gaz naturels.

Une autre tâche aussi importante est l’exploration des épicentres du tremblement de terre sous-marins qui provoquent des tsunamis catastrophiques sur les littoraux du continent.

Pour obtenir les résultats nécessaires dans la recherche de l'hydrosphère de notre planète il est indispensable de créer la structure d'État qui sera ressemble à l'Agence spatiale russe «Roskosmos » et responsable pour l’exploration des zones océanologiques et des fonds sous-marins.

À l’avenir on organisera, sous l'égide des l’ONU, une grande expédition avec l’utilisation du sous-marin de poche "Mir", qui devra repasser approximativement   l'itinéraire du premier voyage autour du monde, effectué par Magellan, avec la possibilité de la plongée des chefs des États aux fonds de l'océan sur les territoires de   leurs États. On a déjà remarqué plusieurs fois, que dans ce cas les impressions et l’expérience personnelle des chefs d'État, reçues en cours de telles expéditions peuvent complètement changer la politique menée dans ce domaine – là et faire l’exploration de l'océan comme la plus prioritaire.

Le rôle de l'expédition « Les mondes du lac Baïkal» dans le développement de la science fondamentale russe et mondiale

M.V.Slipentchouk

Le fonds d'aide à la préservation du lac Baïkal,

Moscou

Malgré les certains difficultés financières et techniques la science russe garde son leadership dans les différentes domaines scientifiques.

Parmi les acquisitions les plus importantes de la science russe on trouve l'expédition   scientifique Internationale  « Les mondes du lac Baïkal» (2008-2010).

Le but principal de cette expédition était  un accomplissement  d'une obligation par la Fédération de Russie devant la communauté mondiale pour la préservation de l'écosystème du lac de Baïkal (comme le site inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco), ainsi que la création des conditions nécessaires pour le développement stable de cette région.

Les résultats les plus importants de cette expédition sont:

• La découverte des gisements d’hydrates de gaz qui se trouvent au fond du lac sous la forme des couches de 80 centimètres.

• L’exploration des manifestations profondes du pétrole et du gaz au fond du lac

• Les recherches profondes géothermiques

• La découverte de quatre anciennes lignes du littoral sous-marines du Baïkal

• La détection des zones hydrothermales

• La découverte des dizaines des nouveaux types endémique.

• Les recherches lancées à côté de la manufacture de papier (cellulose) de Baïkal

• La spectrométrie des gaz d’effet de serre avec l'utilisation des recherches  sur l’espace   spatiales.

Une des plus importantes tâches de l'expédition était l'implication des pouvoirs, des représentants du commerce et du peuple dans la gestion des problèmes de préservation de l'écosystème du Baïkal, ainsi que de l'utilisation rationnelle des ressources régionales. C'est pourquoi, le travail effectué lors de  l’expédition n’était pas seulement fait par des savants, mais également par des hommes d'État, des hommes d'affaires, et des personnalités publiques.

En 2011, à l'occasion de la présentation des bilans de l'expédition en Mongolie et à Monaco, les chefs d'Etat respectifs de ces pays  Ts. Elbegdorj et le Prince Albert II ont pris part à ces événements.

Pour la première fois en Russie a été réalise un grand projet scientifique avec la participation du gouvernement, des savants, des hommes d'affaires, des médias et du peuple qui avait pour but   la préservation de l'écosystème du lac Baïkal – le site inscrit au Patrimoine mondial de l'Unesco.

Grâce   au niveau de l'organisation et aux acquis scientifiques et l’expérience unique reçues l'expédition « Les mondes du lac Baïkal» n'a pas d’analogues dans le monde et apporte sa précieuse contribution pour la résolution des problèmes écologiques mondiaux, la recherche, l’exploration et la préservation des ressources d'eau de notre planète.

Hypothèse Astrophysique des feux de forêts avec une focalisation sur la région du lac Baïkal

Milan Radovanovi.

Institut de  géographie “Jovan Cviji.”, l'Académie serbe des Sciences et des Arts,

Beograd, Serbie

L’origine des feux de forêts :

- Un des problèmes écologiques les plus importants

- Changements climatiques comme l'explication potentielle

- Impact humain sur la phase d'inflammation

Les faits pour les feux de forêts :

- Pas uniforme sur l'échelle globale

- Notre connaissance est limitée au comportement et aux tendances surtout pour les régions lointaines

- Les données satellites – les sites positifs et négatifs pour la détection d'endroits brûlés

Environ 40 % de feux de forêts sont issus de causes inconnues. Selon certaines autorités 95 % de feux de forêts sont liés aux activités directes ou indirectes humaines.

  Selon les statistiques officielles, 20 000 à 35 000   feux de forêts affectent annuellement entre 0.5 et 2.5 millions d'hectares de forêts russes.

  Malgré le grand nombre total des feux individuels, les impacts sérieux sur l'environnement sont généralement provoqués par de grands feux de forêts (qui sont plus grands que 200 ha) et surtout par les feux catastrophiques, pour lesquels la surface d’un feu individuel peut excéder des dizaines (et même des centaines) des milliers d'hectares.

Les catastrophiques feux de forêts qui se sont propagés en Russie durant l’été 2010 ont tué au moins 54 personnes et pourraient coûter environ US$15 milliards à l'économie du pays.

Au total, 28 532 îles de feux naturelles sont apparus sur le territoire de la Fédération de Russie depuis le début de la période dangereuse de  2010, sur une surface totale de 886 126.96 ha, en incluant 1146 feux de tourbe sur une surface totale de 2 121.16 ha.

Les bilans des recherches biologiques des vieux arbres présentées par "Avialesokhrana" (le service sécurité anti – feu russe) démontrent que les feux de forêts suivaient dans le passé une périodicité de 10 et 22 ans.

  Il est connu, que les changements de circulation d’atmosphères explorées pendant plusieurs siècles sont liés à un niveau d'activité solaire.

Sur la base des résultats présentés nous pensons que les recherches futures peuvent visées trois directions fondamentales :

- L’Établissement du lien chronologique entre les feux de forêts et l’activité du Soleil.

- Les recherches des laboratoires expérimentaux pourraient simuler au moins les conditions pour lesquelles il y a une conviction sur la prédisposition responsable du phénomène de la phase initiale de feu.

- Les phénomènes astrophysiques et les processus nécessaires ont besoins de paramètres   détaillés, aussi bien que d’études spécifiques du mécanisme de pénétration de   la particule du cosmos vers la surface de la Terre.

Les flux de la substance contaminante

dans le géosystème Selenga  –Baïkal

N.S.Kasimov

L'université d'État Lomonossov de Moscou

La faculté de géographie

Dans le cadre du réseau fluvial de la rivière Selenga, la plus grand  affluent  du lac Baïkal, la formation des flux de la substance contaminante est conditionnée  par les facteurs naturels et industriels. La recherche de la inhomogénéité (la hétérogénéité) de l'état géo chimique des paysages marins, qui était effectuée à la base de l’exploration complexe de la constitution chimique de l'eau en juillet - août 2011, a permis de déterminer les mécanismes essentiels génétiques de la formation dans les rivières du bassin des flux des substances tarés et dissous.

Au total les travaux se sont passés dans 60 domaines, où avec l'utilisation des appareils portatifs hydrochimiques on a fait  plus de 1000 prélèvements, on a mesuré les dépenses de l'eau, on a fait  70 prélèvements des dépôts des fonds sous-marins, 250 prélèvements de la matière en suspension . Les mouvements des substances (sous la forme tarée ou diluée) dans le bassin de la rivière sont conditionnés avant tout par la présence dans la région de l’industrie minière, de l’industrie de transformation ainsi que des territoires urbanisés et de l'agriculture.

En Mongolie les centres principaux industriels s’occupent de l’exploitation de l'or, de l'argent, ainsi que des métaux précieux. Actuellement  784 entreprises exercent l’extraction des minéraux. Selon les estimations les plus récentes, 28 rivières sont polluées dans 8 régions à cause de l’activité  de l'industrie minière.

En Russie les régions avec de l'eau dont la pollution est plus élevée sont : le région d’Oulan-Oudé, Gousinoozersky, Zakamensky, Kyakhtinsky, Petrovsk-transbaïkalien, Oulan-Batarsky, Darkhansky, Soukhe-Batorsky et Erdenetsky.

8, rue de Prony, 75017, Paris, FRANCE, tel.: +(33) 1 45 68 26 83, fax: +(33) 1 45 68 26 82, e-mail: dl.russie@unesco-delegations.org

>> To the Official Site of the Ministry of Foreign Affairs of the Russian Federation <<

 counter